EL SOLIPSISMO “IM NATÜRLICHEN LÁCHERLICHEN SINNE”

SOL (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

El solipsismo escéptico se reduce, pues, a un solipsismo natural. Veamos ahora expresamente éste último. Evidentemente, Husserl no hace expressis verbis la reducción del uno al otro, puesto que no tematizó la problemática ‘natural’ de la critica de la experiencia, si bien podemos encontrar indicios inequívocos en este sentido”.

Continua a leggere

L’INESSENZIALITÀ DELL’IO INDIVIDUALE

irreind

Riandando al passo che ha stimolato il nostro intero studio, leggiamo che, per Severino, il presupposto dell’intersoggettività è un «presupposto che è suo» – in questo caso di Habermas, ma in realtà comune a tutta la filosofia occidentale –, e che non corrisponde a un dato, bensì a una convinzione che resiste «solo stando all’interno della fede, cioè della volontà interpretante».

Continua a leggere

EGOLOGIA

SOLIP

 

 

 

 

 

 

 

 

Prima di affrontare la prospettiva di Levinas conviene infatti prendere in considerazione gli sviluppi che la problematica relativa alla relazione io-altro ha preso nell’opera dei due fenomenologi francesi più famosi e influenti: Jean-Paul Sartre e Maurice Merleau-Ponty.

Continua a leggere

SENSO E VALORE IN UN PROCESSO SENZA FINE

sefi

L’affermazione nietzschiana secondo la quale non esisterebbero i “fatti” ma soltanto le “interpretazioni” è di una radicalità assoluta. Tutto il pensiero Novecentesco si è, infatti dovuto confrontare con l’ipotesi secondo la quale non esistono cose, fatti, sostanze o avvenimenti ma soltanto interpretazioni di interpretazioni, in un processo senza fine.

Continua a leggere

LE JEU COMME SYMBOLE DU MONDE

SYMBOLE DU MONDE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeu comme extase de l’homme en rapport avec le monde et comme reflet du monde dans l’étant ouvert au monde. – Le monde comme jeu sans joueur

Nous pouvons résumer en quelques mots sous forme de « thèse » la troisième réponse qu’apportent l’interprétation métaphysique et l’interprétation cultuelle-mythique à la question de l’essence du jeu : le jeu humain est un mode particulièrement remarquable sur lequel l’existence se rapporte au tout de ce qui est et sur lequel elle se laisse traverser et animer par le tout.

Dans le jeu humain, le tout du monde se reflète en lui-même ; il fait scintiller par instant des traits de l’infinité sur et dans un intramondain, un fini. Le jeu est un acte existentiel qui mène hors d’une considération purement immanente des choses humaines ; nous ne pouvons pas le comprendre si nous concevons l’homme comme un être vivant fermé en lui-même, si nous le prenons pour un étant qui a des propriétés stables lui appartenant, si nous le pensons d’après le modèle général de la substance comportant des déterminations accidentelles. C’est précisément dans la mesure où l’homme est déterminé essentiellement par la possibilité du jeu, qu’il est déterminé par la profondeur insondable, l’indéterminé, l’instable, l’ouvert, le possible ondoyant du monde agissant qui se reflète en lui. Dans le jeu humain se produit l’extase de l’existence visant le monde.

C’est pourquoi le jeu est toujours davantage que n’importe quelle autre attitude, n’importe quelle autre activité intramondaine de l’homme, n’importe quelle autre manière d’être en action. Dans le jeu, l’homme se « transcende » lui-même, il dépasse les déterminations dont il s’est entouré et dans lesquelles il s’est « réalisé », il rend pour ainsi dire révocables les décisions irrévocables de sa liberté, il saute hors de lui-même, il plonge dans le fond vital de possibilités originelles en laissant derrière lui toute situation fixée, il peut toujours recommencer et rejeter le fardeau de son histoire.

Continua a leggere

IL NULLA VERISSIMO E CERTISSIMO DELLE COSE

DIVENENDO

«Il corpo non si può comporre di non corpi»

Scrive Giacomo Leopardi nel 1921: «Il corpo non si può comporre di non corpi, come ciò che è di ciò che non è; né da questo si può progredire a quello o viceversa… non v’è scala, gradazione, né progressione che dal materiale porti all’immateriale, come non v’è dall’esistenza al nulla. Fra questo e quello v’è uno spazio immenso, ed a varcarlo v’abbisogna il salto che da’ leibniziani giustamente si nega in natura. Queste due nature sono affatto separate e dissimili come il nulla da ciò che è».

Continua a leggere